Géocaching : le GPS a remplacé la carte au trésor

Véritable chasse au trésor moderne, le géocaching prend de l’ampleur et fait de plus en plus d’adeptes en particulier en Suisse. La Fribune s’est penchée sur cette nouvelle pratique.

3987392129_c7745df171_o

Une géocache et son contenu / Crédit photo: cachemania

Toi l’étudiant fatigué par tes tentatives de symboliser la théorie des cordes avec un trombone, épuisé à l’idée de replonger dans ta théorie sur les similitudes entre l’habitus du cerf élaphe en période de rut et de l’Homme en période de soldes, le géocaching est pour toi. À mi-chemin entre la chasse au trésor et la course d’orientation te revoilà plongé dans tes folles années, quand la course aux œufs titillait ta soif de découverte et que tu désespérais à capturer autre chose qu’un magicarpe dans l’océan Pokémon. Le but est simple: dissimuler ou trouver des géocaches répertoriées en ligne en utilisant un GPS, un Smartphone par exemple. La pratique n’est pas nouvelle mais prend de l’ampleur en particulier en Suisse où l’on peut trouver aujourd’hui plus de 5’000 cachettes, 2’500’000 dans le monde. Elles sont réparties sur l’ensemble du territoire que ce soit en ville ou en pleine forêt, près du lac de pérolles par exemple. Les géocaches sont plus ou moins sophistiquées, en plastique ou dans des boîtes fermées à clé, contenant un simple bout de papier ou des petits trésors, figurines et autres gadgets, laissés là par d’autres géocacheurs. À l’image du drapeau américain sur la lune le géocacheur, cet astronaute terrestre, laisse sa trace et une preuve de son passage en apposant sa signature sur un papier prévu à cet effet dans chaque boîte secrète.

Il existe même des classements mondiaux et nationaux qui distinguent les géocacheurs ayant trouvé le plus de cachettes. Helen fait partie de l’élite mondiale. Elle a 37 ans et vit actuellement en France mais plus souvent dans son camping-car quelque part dans le monde. Elle travaille uniquement l’hiver dans une entreprise de livraison de colis. « La vie est trop courte, dit-elle, pour gagner plus d’argent que ce dont tu n’as vraiment besoin ». Elle a commencé en 2010 en cherchant d’abord des caches à proximité de son lieu de travail à Londres. Aujourd’hui sa passion occupe une grande partie de son temps. En hiver, lorsqu’elle travaille, elle ne géocache que les weekends mais durant l’été et le printemps elle consacre chaque jour à sa passion avec son chien et fidèle compagnon « shylo geodog ». Ce qu’elle préfère dans cette activité est de pouvoir « explorer de nouveaux endroits que tu n’aurais jamais trouvé normalement ». Juste avant Noël en 2014 alors que la plupart des gens mettent la touche finale à la décoration de leur sapin Helen et un ami partent à la conquête de la première géocache à avoir été placée en Europe. Un périple d’un jour seulement qui les mènera jusqu’à gc43, le petit nom de la géocache, après de longues heures en voiture, bus, train et même avion. Luc lui est un nouvel adepte et s’adonne à cette activité depuis peu. Il a terminé ses études d’avocat et est actuellement en stage afin d’obtenir son brevet. Il pratiquait au début tous les jours mais a vite fait le tour des quelques cachettes de sa région. Son prochain défi est d’installer une géocache avec l’ami qui lui a fait découvrir cette pratique. Ce qu’il apprécie en particulier est de résoudre des énigmes « par rapport à l’histoire du lieu par exemple pour ensuite récupérer les coordonnées qui permettent de trouver la cache ».

Pour Christèle Boulaire et Bernard Cova qui ont publié un article sur le thème dans la revue Sociétés le géocaching participe des tentatives de réenchanter le Monde. Les géocacheurs obéiraient donc à la maxime « le jeu du Monde ou le Monde comme un jeu ». Pour eux cette activité constitue un pont entre l’extérieur ou le hors ligne, l’expédition à la découverte de la cache et le en ligne, la recherche des coordonnées sur une application ou un site internet.

L’idée t’enchante mais tu te sens déjà perdu? Pour te rassurer voici les 5 étapes qui te propulseront en un rien de temps au rang de géocacheur chevronné :

  1. Sort ton smartphone de ta poche (si tu n’as ni smartphone ni poche l’aventure s’arrête malheureusement déjà pour toi)
  2. Installe l’application Géocaching
  3. Active le GPS de ton smartphone pour que l’application puisse t’indiquer toutes les caches à proximité
  4. Sélectionne une cache, enfile tes chaussures et part en expédition à travers les steppes gruériennes ou la jungle urbaine fribourgeoise.
  5. Lorsque tu as trouvé, indique la date de ton passage et inscrit ton nom sur le papier prévu à cet effet. Tu peux aussi partager tes impressions sur l’application : « Merci pour cette cache ! Je l’ai trouvée facilement » ou encore « Après 6h de marche à travers des ronces j’ai découvert avec regret que la cache avait été enlevée ».

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s